Musees de Laval » Trovic Jacques (1948) – Terre et Lune



Trovic Jacques (1948) – Terre et Lune


Trovic Jacques, Terre et Lune, 1969

Trovic Jacques, Terre et Lune, 1969

 

Jacques Trovic est un artiste né à Anzin, dans le Nord de la France. L’artiste a toujours eu une santé fragile, qui l’handicape aujourd’hui encore, et qui l’obligea à arrêter l’école à sept ans. Il a donc passé toute son enfance et sa jeunesse entre sa mère et soeur, qui pratiquaient les travaux d’aiguille dans la maison familiale. C’est ainsi que Trovic apprit à broder et à coudre, se passionnant rapidement pour cet art si particulier. Il créa sa première œuvre à quatorze ans ; il n’a jamais arrêté depuis.

 

Le travail de Trovic révèle une originalité touchante, et une grand authenticité. Il se situe à mi-chemin entre la broderie et le patchwork. Trovic commence toujours ses travaux avec un morceau de toile de jute, sur lequel il fait naître ses personnages joyeux et colorés, à l’aide de pièces de tissus divers et variés (soie, coton, feutrine, dentelle, satin, laine…). Il ajoute breloques, paillettes, tout ornement lui permettant d’embellir l’ensemble. Artiste prolifique, il a créé plus de trois cents œuvres à ce jour.

 

Trovic aime travailler des scènes joyeuses de son quotidien, inspirées bien souvent par la télévision qui est constamment allumée pendant ses séances de création. Il se plaît à représenter des jours de fêtes folkloriques, ou encore à honorer les professions humbles exercées dans son entourage, comme celle des ouvriers de la mine. Enfin, très marqué par sa ville si chaleureuse, Anzin, il en dessine souvent les rues et les
lieux importants.

 

Trovic souhaite communiquer dans ses œuvres la joie qu’il voit dans le monde. C’est ainsi qu’il s’est créé un monde lumineux, plein de douceur et de gaieté. Créée en 1969, l’œuvre Terre-Lune a très probablement été inspirée par la première expédition humaine sur la Lune, la même année. C’est un rêve d’enfant qu’il semble avoir voulu recréer, un monde lunaire duquel tout l’univers est accessible.

 

« L’essentiel, c’est que le soleil brille, que les couleurs chantent, qu’il y ait de la fête et du rire et que les enfants aiment ces grandes toiles qui ressemblent tant à leurs dessins et à leurs rêves.«