Musees de Laval » René Guilleminot (1900-1975) – Le Vainqueur



René Guilleminot (1900-1975) – Le Vainqueur


 

Guilleminot René, Le Vainqueur, non daté

Guilleminot René, Le Vainqueur, non daté

 

René Guilleminot est né en 1900 à Bagneux. Il a consacré une grande partie de sa vie au sport : champion de France puis d’Europe de catch, il a passé trente ans à exercer le métier d’entraîneur de lutte, de boxe et de
ping-pong.

 

Mais ce personnage étonnant avait une autre passion : celle de la peinture, à laquelle il s’initia à l’âge de vingt-quatre ans. Il passait ses temps de loisirs à pratiquer, sans jamais avoir suivi de formation, composant des œuvres dans un style purement naïf. Lorsqu’il prit sa retraite, il consacra tout son temps à la peinture ; ses oeuvres furent exposées en Suède, ce qui lui apporta enfin la reconnaissance que son oeuvre méritait. Pourtant, bien que très sollicité, Guilleminot participa à peu d’expositions.

 

René Guilleminot travaillait avec une palette de couleurs claires, dessinant de façon très épurée. Ses tableaux fourmillent toujours d’une multitude de détails, démontrant le sens de l’observation aigu de l’artiste. Il travaillait des scènes de vie quotidienne et des paysages du midi, des oeuvres desquelles se dégage une grande sérénité. Il aimait surtout représenter le monde du sport : il livrait d’étonnantes scènes d’entraînement et de combats où contrastent la puissance et l’énergie des corps avec une grande sensibilité des regards.

 

L’œuvre Le Vainqueur représente le portrait d’un boxeur victorieux, épuisé après le combat, mais avec une intense lueur de triomphe dans les yeux. Son visage, marqué par quelques cicatrices, vestiges d’un combat violent, prend quasiment tout l’espace du tableau. Dans le fond, la multitude des spectateurs est omniprésente, leurs regards presque pesants tournés vers le vainqueur. Pourtant, c’est avec le visiteur, ou avec l’artiste, que le boxeur a souhaité partager l’intimité de ce moment unique de la victoire. Les visages graves, souvent fermés des spectateurs, contrastent avec la puissante exultation qui se lit dans le regard du vainqueur.