Musees de Laval » Mraz Franjo (1910-1981) – Swadbenpovorka



Mraz Franjo (1910-1981) – Swadbenpovorka


 

Mraz Franjo, Swadbenapovorka, non daté

Mraz Franjo, Swadbenapovorka, non daté

 

Franjo Mraz est l’un des plus importants artistes naïfs d’Europe de l’Est. Il est né en 1910, dans le petit village de Hlebine, en Croatie. Avec deux autres artistes, Ivan Generalic et Mirko Virius, il est à l’origine de l’École de Hebline, qui influença de très nombreux artistes naïfs dans toute l’Europe de l’Est.

 

Franjo Mraz est né dans une famille très modeste de paysans. En 1922, alors qu’il était âgé de douze ans, il reçut en cadeau une boîte d’aquarelle : dès ce moment, racontait-il, il ne quitta plus jamais ses couleurs, vivant constamment avec elles. Très discret, il ne parla à personne de sa peinture, si ce n’est à quelques proches amis, pendant les premières années de sa pratique artistique. Ce n’est qu’en 1931 que ses oeuvres furent exposées pour la première fois, au sein du groupe Zemlja, groupe d’artistes qui reprenaient et réinventaient les traditions artistiques populaires. Il quitta rapidement Zemlja, pour fonder avec Generalic et Virus, dans les années 1930, l’École de Hlebine.

 

Franjo Mraz, comme la plupart des artistes naïfs croates, est le peintre des campagnes idylliques ; profondément attaché à la terre, il représentait les scènes de vie des petits villages et des paysans. Il accordait une importance particulière à chacun de ses personnages, qu’il ne voulait pas traiter comme des silhouettes anonymes et interchangeables : chacun d’entre eux a sa propre personnalité, sa propre psychologie. « Je les considère comme des personnes réelles », disait-il.

 

 

Toutefois, Mraz comme beaucoup d’artistes de Hlebine, Generalic à leur tête, ne souhaitait pas simplement représenter la beauté de ces scènes populaires. Il désirait faire de sa peinture une arme pour lutter contre les injustices sociales et les difficultés économiques que subissait son peuple, et ce malgré les directives et les pressions du régime.

 

Franjo Mraz a beaucoup travaillé avec la technique du fixé sous verre, comme pour Swadbenpovorka (Procession nuptiale) : il s’agit d’une pratique ancestrale qui servait particulièrement pour la réalisation d’exvotos, et qui est fréquemment utilisée par les artistes d’Europe de l’Est. La technique de la peinture fixée sous verre est très difficile, et suppose une grande maîtrise de la part de l’artiste : il s’agit en effet de peindre sur une plaque de verre, en commençant par les détails avant les traits les plus conséquents ; les retouches sont impossibles. La plaque de verre étant retournée lorsque l’oeuvre est terminée, l’artiste travaille avec un miroir.

 

La technique du fixé sous verre permet une finesse des traits qui confère une grande délicatesse à l’ensemble, comme dans Swadbenpovorka ; elle permet également de préserver la fraîcheur des couleurs, protégées par le verre.