Musees de Laval » Marcel Favre (1907-1972) – Portrait de Jules Lefranc



Marcel Favre (1907-1972) – Portrait de Jules Lefranc


 

Marcel Favre, Portrait de Jules Lefranc, 1963

Marcel Favre, Portrait de Jules Lefranc, 1963

 

Marcel Favre est un artiste né en 1907. Après des études à Annecy, il a vécu à Paris, où il a exercé le métier d’inspecteur général des impôts. Favre commença à peindre presque par hasard, en 1947, pour se donner une occupation ; il se procura des pinceaux, toiles et peintures, et s’initia seul, sans aucune formation. En 1949, il rencontra Jules Lefranc, grand collectionneur d’Art Naïf ; Lefranc admira l’oeuvre de Favre, et l’encouragea à pratiquer et à se faire connaître. C’est ainsi que Favre commença à voir ses oeuvres exposées, aux Surindépendants de 1949 à 1957, puis au Salon Comparaison, entre autres ; il fut le premier étonné de voir ses oeuvres obtenir un succès et une reconnaissance auxquels il ne s’attendait pas, en France comme à l’étranger.

 

Marcel Favre produisait de dix à douze œuvres par an. Il aimait passer du temps sur chacune d’elles, ne voulant oublier aucun des reflets de la mer, aucune des feuilles des arbres ou des détails d’un nuage. Perfectionniste, il a réalisé des compositions très fouillées de villes qu’il a traversées et aimées, mais aussi des portraits, comme Portrait de Jules Lefranc. Marcel Favre y rend hommage à l’homme qui fut son ami, et son soutien dans sa carrière artistique.

 

Ce portrait a été peint aux Sables d’Olonne, Lefranc étant alors âgé de soixante-seize ans. L’arrière-plan représente le port de la Chaume, où Jules Lefranc possédait une petite maison. Marcel Favre veut s’inscrire dans la tradition issue du 19e siècle du portrait social. Elle consiste à représenter une personnalité sous son meilleur jour ; ainsi Lefranc est vêtu très élégamment d’un vêtement bleu-marine avec un mouchoir dans la poche, l’insigne rouge de la Légion d’Honneur sur le revers de sa veste. Les couleurs de ses vêtements correspondent d’ailleurs avec celles des maisons en arrière-plan. L’expression sérieuse, la représentation de l’homme mûr dont le visage est marqué par l’âge, sont des poncifs du portrait académique français.