Musees de Laval » Jacques Reumeau – Ubuoite



Jacques Reumeau – Ubuoite


 

Reumeau-Ubuoite

Jacques Reumeau, Ubuoite, 1976

 

Jacques Reumeau est, dans les années 1970, connu à Laval comme étant un personnage extravagant qui cultivait une image de marginal. Perturbé par une enfance malheureuse, il se coupa très vite de sa famille et mena une vie plutôt solitaire jusqu’à sa rencontre avec Gérard Bodinier. Cet écrivain et poète, très influencé par les surréalistes, devint un inconditionnel de l’œuvre unique de Reumeau et le soutint dans sa démarche artistique. Reumeau quitta alors l’usine où il travaillait en tant que manutentionnaire pour acheter couleurs et pinceaux, et se mit à peindre sans plus jamais s’arrêter. Il rencontra Henri Trouillard, Robert Tatin et surtout le pastelliste François Aubin Barbâtre qui lui enseigna ses techniques.

 

De santé fragile, Jacques Reumeau trouvait dans l’art un mode d’expression lui permettant de se construire. Cependant, l’équilibre restait difficile, et l’artiste alternait périodes de création et périodes de crise. Particulièrement anxieux et dépressif, il se réfugiait régulièrement à l’hôpital psychiatrique de Mayenne. Peu à peu, l’imagination de Reumeau s’épuisa, et il ne parvint plus à faire aboutir ses nouvelles recherches. Son état de santé s’aggravant, il fut interné à l’hôpital psychiatrique de Mayenne où il décéda le 2 juillet 1987.

 

Le Musée d’Art Naïf et d’Arts Singuliers de Laval conserve un fonds de plus de deux mille œuvres signées de Reumeau, entrées par dons puis par legs. L’ensemble comprend des dessins à l’encre de Chine, fusain, sanguine, craie, pastel, des peintures à l’huile, à l’aquarelle ou à la gouache. Étonnante par la diversité des techniques et des médiums
utilisés, la production de l’artiste l’est également par la diversité des sujets. Fonctionnant de manière cyclique, Reumeau déclinait inlassablement des thèmes inspirés de la nature, de la ville ou de ses rêves.

 

Ubuoite a été composée en 1976, au pastel et à la craie. Elle est un triple hommage : hommage à Jarry, l’auteur provocateur d’Ubu Roi (1896), également lavallois ; hommage à François Aubin Barbâtre, qui a lui aussi travaillé sur les boîtes de conserves ; hommage enfin à Robert Tatin dont Reumeau reprend les formes concentriques.