Musees de Laval » Desnos Ferdinand (1901-1958) – La Cène sur la Seine



Desnos Ferdinand (1901-1958) – La Cène sur la Seine


Desnos Ferdinand, La Cène sur la Seine, 1954

 

D’origine tourangelle, issu d’une famille de boulangers, Ferdinand Desnos est un artiste naïf autodidacte. Modeste et discret, il a élaboré, dans des conditions matérielles souvent difficiles, une œuvre considérable inspirée, à ses débuts, des décors de sa Touraine natale. Il s’orienta par la suite vers d’imposantes compositions aux limites du fantastique et du surréalisme poétique.

 

Installé à Paris à partir de 1927, Desnos exerça plusieurs petits métiers, avant de devenir électricien au journal Le Petit Parisien. Il visitait régulièrement musées et galeries et prenait quelques croquis dans les parcs de la capitale. Le soir venu, installé dans la loge de concierge qu’il occupait avec son épouse, il reportait sur la toile un monde imaginaire d’une étonnante richesse d’invention.

 

Découvert et soutenu par le critique d’art Fritz-René Vanderpyl, Desnos participa à de nombreuses expositions dont celles du Salon des Indépendants de 1931 à 1958. En 1954, l’une de ses toiles fut remarquée par la critique. Son talent, sa poésie et son originalité furent alors reconnus.

 

La Cène sur la Seine de Ferdinand Desnos est un dépôt du Centre Pompidou, Paris, Musée National d’Art Moderne ; il vient enrichir et compléter la collection du Musée d’Art Naïf et d’Arts Singuliers de Laval, en illustrant l’importance du sujet religieux chez les Naïfs. Avec une liberté artistique toujours plus grande, ceux-ci se sont emparés de ce thème majeur de l’Histoire de l’art, et se l’appropriant, l’ont réinventé.

 

Le critique d’art Bernard Dorival, considérait La Cène sur la Seine comme « l’un des rares tableaux religieux authentiques de notre époque ». Il s’agit d’une œuvre étonnante, où dans une scène d’inspiration biblique, sont introduits une multitude de personnages, artistes et auteurs reconnus. Le tableau se transforme ainsi en une fabuleuse galerie de portraits. Sur toute la longueur du panorama de Paris, se tient un buffet festif qui occupe l’essentiel de l’espace, sous le regard bienveillant du Christ et ses apôtres. Une grande partie du Panthéon artistique et littéraire est présent : Verlaine, Rimbaud, Mallarmé, Léautaud, pour ne citer qu’eux, sont réunis, mangeant et devisant. Au centre se trouve Desnos, face à nous, quelques tableaux autour de lui. Tout autour, la musique retentit, les pas de danse s’enchaînent. Desnos nous livre une oeuvre totalement invraisemblable, pleine de truculence et de cet humour si particulier qui fait l’originalité de son travail.