Musees de Laval » Crociani Emile (1902-1979)- Combat naval à Villefranche-sur-Mer



Crociani Emile (1902-1979)- Combat naval à Villefranche-sur-Mer


 

Crociano Emile, Combat naval à Villefranche-sur-Mer, non daté

Crociano Emile, Combat naval à Villefranche-sur-Mer, non daté

 

Emile Crociani est un artiste d’origine italienne, considéré comme l’un des pionniers de l’Art Naïf méditerranéen. Il est né en 1902, troisième enfant d’une famille de cinq garçons. Il n’est pas allé à l’école, pour aider dans la ferme familiale, mais sa mère lui a appris à lire, à écrire et à compter. En 1924, il s’installa en France, pour y exercer le métier de mineur dans la Meuse. Par la suite, il a travaillé pendant plus de trente-deux ans en tant qu’ouvrier-chauffeur de four à l’usine à gaz de Nice.

 

Crociani a toujours été attiré par les arts : enfant, il jouait du violon, puis plus tard de l’accordéon ; pendant son service militaire, il visita les villes d’arts d’Italie du Nord : Bergame, Milan, Turin… Il a toujours dessiné ; mais ce n’est que dans les années 1950, que son fils parvint à le convaincre d’exercer plus sérieusement son talent, et de se lancer dans la peinture. Les images trop longtemps contenues explosèrent alors dans ces oeuvres exécutées dans le plus pur style naïf. Remarqué et fortement encouragé par Picasso, il gagna le Grand Prix d’Art Naïf de la ville de Nice en 1978.

 

Totalement autodidacte, Crociani aimait se servir de sa peinture pour immortaliser ce qui pour lui rendait la vie belle : les fêtes, les traditions, les paysages des environs de Nice. Il utilisait une palette de couleurs peu étendue, travaillant sans se soucier de perspective ni de proportions.

 

Dans Combat naval à Villefranche-sur-Mer, l’artiste a représenté une tradition populaire de cette ville limitrophe de Nice. Depuis plus de cent-vingt ans, est organisé un combat naval original : une vingtaine d’embarcations sont chargées de fleurs, et font le tour du bassin. Leurs occupants jettent sur les spectateurs à terre leurs provisions de fleurs, qui sont ensuite lancées à nouveau sur les bateaux : c’est ce qui constitue le combat. L’artiste nous livre dans Combat naval à Villefranche-sur-Mer un monde intensément coloré et lumineux, sa propre vision du monde qui l’entoure.